"L'éducation ne consiste pas à gaver mais à donner faim."
Michel Tardy, sociologue

lundi 23 mai 2011

La naissance de la fleur du Petit Prince

Support : Chapitre 8


OBJECTIFS : - Définir la relation particulière qui naît entre le Petit Prince et la rose grâce aux expansions du nom.
- Vocabulaire : champ lexical du sentiments.
- Lecture d'image : comprendre l'apport de J Sfar sur la rencontre entre Le Petit Prince et sa rose et celle avec les roses dans l’œuvre de Saint-Exupéry.
- Les fonctions dans le groupe nominal (GN) : les expansions du nom, la fonction épithète.

A) Définition : Les expansions du nom.

Les expansions du nom permettent d'apporter des informations sur un nom. Elles le complètent. Dans un portrait ou une description, on appelle expansions du nom les mots ou groupes de mots qui viennent compléter ce nom.

Lisez les phrases suivantes et complétez le tableau en retrouvant les expansions des noms notés en gras.

« Il y avait toujours eu sur la planète du petit prince des fleurs très simples, ornées d'un seul rang de pétales, et qui ne tenaient point de place, et qui ne dérangeaient personne. »
[…]
« Le petit prince avait surveillé cette brindille qui ne ressemblait pas aux autres brindilles (…) la fleur n'en finissait pas de se préparer à être belle, à l'abri de sa chambre verte. » (…) Elle ne voulait apparaître que dans le plein rayonnement de sa beauté. »
[…]
Le petit prince contemplait avec bonheur sa fleur fermée et orgueilleuse. Elle était soyeuse. Ses épines, qui étaient minuscules, paraissaient inoffensives. Très fière, la rose déployait ses pétales et les tournait vers le soleil très lumineux. La fleur coquette restait silencieuse. Seule, elle rêvait face à l'espace infini.
D'après Le Petit Prince de Saint-Exupery

NOM
EXPANSION
NATURE DE L'EXPANSION
FONCTION DE L'EXPANSION
chambre
verte
Adjectif qualificatif
Épithète liée de chambre
fleur
fermée
Participe passé
Épithète liée de fleur
orgueilleuse
Adjectif qualificatif
Épithète liée de fleur
soleil
lumineux
Adjectif qualificatif
Épithète liée de soleil
rose
fière
Adjectif qualificatif
Épithète détachée de rose
planète
Du petit prince
Groupe nominal prépositionnel
Complément du nom planète
brindille
Qui ne ressemble pas aux autres brindilles
Proposition subordonnée relative
Épithète liée de brindille
épines
Qui étaient minuscules
Proposition subordonnée relative
Épithète détachée de épines

Point de grammaire : l'épithète

JE RETIENS :
  • L'épithète qualifie un nom à côté duquel elle est placée. L'épithète est un constituant du groupe nominal (GN). C'est une expansion du nom.
Ex : La fleur coquette restait silencieuse. -------> coquette : épithète du nom fleur.

  • Une épithète est un adjectif ou un participe passé employé comme adjectif.
Ex : Le petit prince contemplait avec bonheur sa fleur fermée et orgueilleuse.
-----> fermée : participe passé, épithète du nom fleur.

  • L'épithète est dite liée si elle se trouve placée directement à côté du nom qu'elle qualifie. On dit qu'elle est détachée lorsqu'elle est séparée du nom par une virgule ou entre deux virgules.
Ex : à l'abri de sa chambre verte -------> verte : Épithète liée du nom chambre.
Très fière, la rose déployait ses pétales -----> fière : Épithète détachée du nom rose.

Remarque : Les propositions subordonnées relatives peuvent également être en position détachée ou liée.
Ex : cette brindille qui ne ressemblait pas aux autres brindilles------> prop. sub. relative épithète liée du nom brindille.
Ses épines, qui étaient minuscules, paraissaient inoffensives. -----> prop. sub. relative épithète détachée du nom épines

B) La naissance de la rose de « mais celle-là » [...] à « elle s'était montrée »
1)Relevez les expansions du nom qui décrivent la naissance de la rose.
Il y a « Cette brindille qui ne ressemblait pas aux autres brindilles», « Un bouton énorme» , « Une apparition miraculeuse.», « Le plein rayonnement de sa beauté. » « Sa toilette mystérieuse. »
 
2) Quelle impression ces expansions du nom donnent-elles à propos de la rose?
Cela donne l'impression que ce n'est pas une rose comme les autres, qu'elle va être exceptionnelle, unique. Elle semble entourée de mystère.

C) Les sentiments du Petit Prince pour la rose de «  le petit prince, alors » [...] jusque la fin du chapitre.
1) Relevez les expressions utilisées par le Petit Prince pour la rose lorsque celle-ci apparaît.
Il y a « Que vous êtes belle! » « Elle n'était pas trop modeste, mais elle était si émouvante », « Tout confus », «  cette fleur est bien compliquée », « La bonne volonté de son amour », « J'aurais dû deviner sa tendresse derrière ses pauvres ruses », « J'étais trop jeune pour savoir l'aimer ».
2) A quel sentiment ces expressions vous font-elles penser?
Elles font penser au sentiment de l'amour.
3) Que ressent donc le Petit Prince pour la rose?
Il ressent de l'amour, il est amoureux d'elle.
4) De quel sentiment la rose est-elle le symbole?
La rose est le symbole de l'amour.
5) Selon la biographie de Saint Exupéry, à votre avis, quelle personne chère à l'auteur est symbolisée par la rose?
La rose représente ici son épouse Consuelo.

D) Lecture d'image. BD de Joann Sfar Le Petit Prince, planches 34,35 ,77 et 84 

(Pour voir le diaporama, clique sur l'image)
 


Observez les planches 34 et 35.
 1) Combien de vignettes faut-il pour apercevoir la rose du Petit Prince ?
Il faut 6 vignettes et elle ne sort réellement qu'au bout de 12 vignettes.
2) A votre avis, pourquoi le dessinateur ne l'a-t-il pas fait apparaître tout de suite ?
Le dessinateur ne l'a pas fait apparaître tout de suite parce que la rose prend son temps, comme dans l’œuvre de Saint-Exupery. Elle se fait désirer.
3) Qu'est-ce que cette attente montre du caractère de la rose ?
Cela montre que qu'elle est coquette, qu'elle veut ne se montrer à l'autre que dans sa splendeur. Quand on aime quelqu'un on a envie de se faire belle pour cette personne.
4) Joann Sfar respecte-t-il ici l’œuvre de Saint-Exupery ?
Oui, il la respecte complètement.
5) Comment Joann Sfar a-t-il représenté la rose ? Décrivez-la.
C'est une jeune filles, belle fine et délicate, avec de grands yeux en amandes bordés de long cils. Elle porte un collier, preuve de sa coquetterie.


Observez maintenant les planches 77 et 84.
 
6) Vignette 3, planche 77 : qu'ont en commun ces roses avec celle du Petit Prince ?
Elles ont les mêmes grands yeux.
7) Ces roses semblent-elles sympathiques ? (Pour répondre à la question, observez les yeux, les cils ainsi que la couleur des roses).
Non, elles ne semblent pas sympathiques. Dans les vignettes 3 et 4 planche 77 leurs yeux ont une expression méchante puis vignette 5 les roses sont moins bien dessinées, comme si elles n'existaient pas, donc comme si elles n'avaient pas d'importance pour le Petit Prince. Le noir qu'elles ont sur elles et la forme des cils (on dirait des cornes) font penser plutôt au « diable » !
 
8) Planche 84, vignettes 3 et 4, pourquoi les roses sont-elles moins bien dessinées ?
Elles sont moins bien dessinées car personne ne les attend. Elles ne sont pas aimées et n'ont donc pas besoin de se faire belles pour quelqu'un.

CONCLUSION :
Qu'apporte donc Joann Sfar au texte de Saint-Exupery à propos de la rose et des roses ?
Il montre par le dessin détaillé de la rose, planches 34 et 35, qu'elle est vraiment unique pour le Petit Prince. En effet, elle se fait attendre, ne sort complètement de son « cocon » qu'à la fin de la planche 35 car elle se fait désirer. Aux planches 77 et 84, le regard des roses, le fait qu'elles ne soient pas détaillés appuient le texte de Saint-Exupery : Joann Sfar montre ainsi que pour le Petit Prince, les autres roses n'ont pas d'importance à ces yeux. C'est pour cela qu'il ne les détaille pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire